Situation comparée de l’innovation en France

Classement [ Economie, Innovation ]

Les résultats d’une enquête mondiale sur la situation et la perception de l’innovation viennent d’être publiés récemment dans le cadre du Global Innovation Barometer 2012, réalisé par General Electric. A partir de questions posées à un échantillon de 2800 décideurs de 22 pays, dont la France (100 personnes interrogées), des convergences apparaissent, mais cette étude met clairement en évidence des spécificités françaises.

Sous le titre « Baromètre global de l’innovation 2012 – Innover en France : comment? Pourquoi? Forces et freins ?« , un communiqué de presse de GE présente la position de la France par rapport à la situation mondiale. Les conclusions sont multiples et décrites dans ce document.

Prenant le risque de la simplification je retiens quatre caractéristiques de l’innovation française

l’environnement français est-il favorable à l’émergence de l’innovation ?

 

Ce tableau montre, par pays, comment les décideurs interrogés perçoivent l’environnement de l’innovation dans leur propre pays comme favorable à l’innovation, équilibré, plus défavorable ou négatif.

Dans son introduction à la présentation des résultats la Présidente de GE France rappelle fort justement que  « L’innovation est, d’évidence, la clef de l’avenir. Celle du succès, c’est l’esprit d’équipe et la confiance dans le futur. Pour réussir, il faut créer un écosystème vertueux».

Or ce tableau montre que 49% des décideurs français interrogés (contre 54% des Allemands et 58% des Américains, 59% en global) estiment l’environnement français peu favorable à l’émergence de l’innovation, bien loin derrière le Canada, la Chine ou la Suède.

L’innovation peut-elle rendre la vie meilleure au quotidien ?

 

Les réponses des différents pays se trouvent dans le tableau ci-dessus. On constate que la France pointe au 4° rang par la fin, avec seulement 64% des répondants qui partagent cette avis, contre 70% en Allemagne, 80% en Suède et 83% au Canada.

  l’innovation doit-elle plus que jamais prendre en compte les besoins et spécificités locales des marchés ?

 

La réponse à cette question place encore la France (55%) en queue de peloton, tout juste devant le Japon, mais loin derrière l’Allemagne (70%), la Chine (86%) ou le Brésil (89%). On comprend mieux par exemple à travers ce graphique les exigences du Brésil pour la fabrication des Ipad chez lui.

 A quoi sert l’innovation ?

Alors que 47% des interrogés (moyenne monde) la définissent comme le moyen de faire émerger de nouveaux process, produits, changements organisationnels ou marketing et que 42% la perçoivent comme une culture, un environnement qui promeut la créativité et le changement permanent, 60% des sondés français considèrent qu’elle sert à devenir leader et garder une longueur d’avance, et 51%  à faire émerger des solutions qui puissent bénéficier au plus grand nombre.

Quelle conclusion ?

A travers ces quatre points, plutôt que d’ajouter encore un râle aux râles, il apparait possible de dégager une perspective pour l’action et d’alimenter éventuellement une réflexion de saison. En effet on peut au moins considérer que ce qui caractérise le succès ailleurs pourrait ne pas louper chez nous.

  • Croire à l’innovation, ce qui veut dire éduquer à la culture de l’innovation.
  • Penser que l’innovation a des retombées au quotidien et n’est pas seulement une ardente obligation entrepreneuriale. Sur ce sujet voir ce billet « L’innovation n’est pas seulement technologique« .
  • Prendre en compte la dimension locale, chez soi mais aussi chez les autres (investissements à l’étranger).

 

Popularité: 1 views
Vous pouvez suivre les réponses avec le flux RSS 2.0. Pings et commentaires fermés.

6 Commentaires le “Situation comparée de l’innovation en France”

  • 13 mars 2012 11:51

    Bonjour,

    Intéressant article mais je ne comprends pas les graphiques présentés. La représentation me semble très biaisée et démontrer un parti pris des auteurs. Si 43% des décideurs japonnais considèrent leur pays comme très défavorable (négatif) par rapport à l’innovation, que pensent les 57% des autres décideurs? Peut-être le trouvent-ils favorable ou très favorable, ce qui change beaucoup l’interprétation à faire.

    Par ailleurs, il est dit que les décideurs ont été interrogé sur leur propre pays (3eme paragraphe, juste sous le graphique). Donc dans les parenthèses du 5 paragraphes, je pense qu’il faudrait préciser que 58% des Américains estiment leur environnement équilibré, 54% des Allemands estiment leur pays défavorable à l’innovation.

    En tous cas, merci de cette information que j’avais raté, je vais remonter à la source de l’étude de GE.

  • Activeille
    13 mars 2012 20:55

    Tout d’abord merci de votre commentaire. En introduction j’indiquais prendre le risque de la simplification, car c’est un peu mission impossible de vouloir donner une vision résumée d’une telle étude. Je ne m’étais pas trompé. Mais en même temps votre propos montre que cela valait d’être tenté.

    Le taux de 43% n’a pas la même valeur qu’une réponse à une question à choix multiples (« pensez-vous que l’environnement de l’innovation est favorable à l’innovation, équilibré, plus défavorable ou négatif… »). Il représente un index de satisfaction calculé en compilant les réponses à 13 questions relatives à l’environnement de l’innovation dans le pays (politique publique, économie, environnement social…). Voir en particulier page 8 du résumé de l’étude.

    En rédigeant ce billet mon propos était d’attirer l’attention sur cette étude qui me paraît riche d’enseignements, à condition de se poser pour l’examiner et y réfléchir, et qui devrait inciter à l’action (j’ai proposé des pistes). Les conclusions que je formule n’engagent que moi et invitent, comme vous l’indiquez, à remonter à la source de l’étude … ou, pour les entreprises, éventuellement à s’intéresser à la synthèse plus complète que nous proposons.

  • 16 mars 2012 0:03

    Bonsoir,
    J’ai parcouru l’étude de GE, en fait, je pense que c’est la phrase sous le graphe qui, dans mon cas, m’a induit en erreur. L’histogramme représente le pourcentage de perceptions « positives » et les groupes définis par les couleurs sont l’interprétation globale ; dans le sens où seulement 43% de perceptions positives revient à dire que la perception globale est négative.
    J’avais mal compris. Navrée.

  • affacturage
    16 mars 2012 16:06

    Etonnante étude qui fait ressortir un Japon en queue de peloton pour toutes les questions posées, c’est tout de même étonnant pour un pays qui est à la pointe de la technologie !

Trackbacks

  1. Situation comparée de l’innovation en France, Web Academy, webmarketing, réferencement, web 2.0 (Grenoble, Annecy, Chambéry)
  2. Situation comparée de l'innovation en France | Veille et intelligence ... | Entrepreneuriat et Start-Up | Scoop.it