Le crime contre l’humanité est un terme connu de tous. Mais sa définition n’est pas toujours claire. Aujourd’hui, nous vous proposons d’étudier la véritable signification de ces mots et d’en comprendre le sens.

Qu’est-ce qu’un crime contre l’humanité ?

Un crime contre l’humanité, c’est une infraction bien particulière. Commise dans le cadre d’une attaque de grande ampleur, elle vise des civils de toutes nationalités. Il peut s’agir de tortures, de meurtres, de violences sexuelles, de persécution, d’esclavage et de toute autre forme de violence à grande échelle.

La plupart des crimes contre l’humanité sont commis dans le cadre de politiques d’État. Parfois, ces attaques sont perpétrées par des groupes armés indépendants ou des forces paramilitaires. Sont qualifiées de crime contre l’humanité les violences commises en temps de paix. Ces mêmes attaques peuvent être considérées comme des crimes de guerre en temps de guerre. Quant aux génocides, ils visent une population en particulier.

Aux yeux de la justice, le crime contre l’humanité est une infraction pénale qui peut être punie au niveau national et international. Considéré comme imprescriptible, il peut être jugé sans limitation dans le temps. Autrement dit, les auteurs d’un crime contre l’humanité peuvent être poursuivis toute leur vie. En droit français, c’est le seul crime imprescriptible.

Quels actes criminels peuvent être qualifiés ainsi ?

C’est en 1945, dans la charte de Nuremberg, que le crime contre l’humanité est évoqué pour la toute première fois. À cette époque, la définition de cette notion est légèrement différente. 45 années après cette évocation, les crimes contre l’humanité sont codifiés dans plusieurs traités internationaux. Dans le plus récent de ces documents, on trouve la liste la plus exhaustive des actes criminels pouvant être qualifiés de crimes contre l’humanité. Parmi eux :

  • L’esclavage
  • L’emprisonnement
  • Le meurtre
  • Le génocide
  • L’extermination
  • La déportation
  • La torture
  • La persécution
  • Les violences sexuelles

Et de nombreux autres actes que l’on peut qualifier de barbares, mais malheureusement commis par des humains. Si inhumains qu’ils paraissent, ces crimes révèlent une intention de faire souffrir à grande échelle. Ils nuisent à la santé physique et mentale ainsi qu’à l’intégrité des êtres humains.